Ce qui était des mystères mercienne ?


Original: http://www.indigogroup.co.uk/edge/moremm.htm

 

En 1986, je suis retourné au comté de ma naissance, Leicestershire, après avoir vécu ailleurs pendant une vingtaine d’années. J’ai eu un intérêt actif dans les « mystères de la terre » mais connaissait peu de gens locaux ayant des intérêts communs. Lentement, ces contacts ont été pris et, en juin 1989, Chris Fletcher, Rob Midwinter, Paul Nix, Clive Potter, Alison Skinner et moi-même a réuni dans un pub en Frisby sur le Wreake. J’avais appris à connaître toutes ces personnes individuellement, mais c’était la première fois, ils s’étaient rencontrés à l’autre.

Map of England showing Mercia (20k)

Carte de l’Angleterre anglo-saxonne
étendue approximative de Mercie
Copyright 1995 David Taylor

En quelques minutes, le nom « mystères mercien » a été inventé. « Mercie » est tiré du nom pour l’Anglo-Saxon Royaume de Mercie, qui a pris naissance dans les East Midlands et, à son apogée sous le roi Offa, répartis pour contrôler une grande partie de l’Angleterre. Les « mystères » sont dérivés de « mystères de la terre » mais, intentionnellement, restait vagues.
Deux objectifs ont été approuvées :
  • D’une part, d’organiser des visites régulières sur le terrain (environ 43 ces sorties ont eu lieu entre alors et la fin de 1995).
  • Deuxièmement, pour produire un trimestriel Mercian magazine, appelé mystères, pour diffuser des « mystères de la terre » ainsient que des informations sur la région des Midlands – y compris les rapports sur les visites sur le terrain. Paul Nix a assumé le rôle d’éditeur et produit les cinq premiers numéros après qui, pour des raisons qui fait de bon sens à l’époque, j’ai repris.
Paul a continué à soutenir beaucoup « en coulisses », en activant surtout mercienne mystères profiter pleinement des premiers développements dans l’édition de la table (ce sont les jours avant Windows, folks – tout le monde là-bas n’oubliez pas une interface graphique appelée « Joyau »?).
Mystères mercienne évolué à partir d’un modes te A5 photocopiées ‘ zine à un journal de 40 + page A4 plus substantiel. Le contenu a également changé régulièrement et est devenu moins-et-moins impliqués spécifiquement dans les Midlands.

Dans le même temps, la portée et les approches des « mystères de la terre » ont été également en évolution. Avant tout, un bon nombre d’universitaires ont été ramasser sur le meilleur des idées qui ont émergé dans les « mystères de la terre ». Le réel des choses intéressantes semble être tomber dans les mailles du filet entre universitaires et « non professionnels ». Donc, il était temps de relancer sous un nouveau titre qui correspondait le contenu. Au bord, a été le résultat.

Comments are closed.